Interventions et votes 02 avril 2019


Décisions du maire :
2019-51 : J’ai du mal à faire le lien entre le tarif des branchements d’eau potable pour 2019 et le montant du loyer pour l’occupation de trois bureaux dans l’école Louis Cancé. PAS DE REPONSE
D1 à D21 : Compte administratif du budget principal de la Ville pour 2018

Pour toutes les raisons que nous connaissez déjà, par rapport aux choix opérés par la majorité, que nous ne partageons pas et ayant voté contre les budgets primitifs, @chd s’abstiendra sur le vote des différents comptes administratifs et comptes de gestion (excepté sur le budget annexe assainissement). Sur les divers budgets primitifs présentés (délibérations8, 11, 17 et 20), @chd votera contre.

D2 : Compte administratif budget annexe de l’eau pour 2018 A°
D3 : Compte administratif budget annexe assainissement pour 2018 P
D4 : Compte administratif budget annexe stationnement pour 2018 A°
D5 : Compte administratif budget annexe location locaux usage professionnel pour 2018 A°
D6 : Compte de gestion BP Ville 2018 A°
D7 : Compte administratif 2018 ; Affectation résultats- BP de la ville A°
D8 : BP Ville 2019 C Intervention : P16 du BP un montant m’interpelle : A quoi correspond le montant de presque 1 million d’€ en « autre personnel extérieur » … ? exercice précédent 577 000€ et là 907 453€. V Bouillaguet admet que nous avons l’œil aiguisé…
D9 : Compte de gestion du BA de l’eau 2018 A°
D10 : Affectation résultats budget de l’eau 2018 A°
D11 : BP eau 2019 C
D12 : Compte de gestion budget annexe assainissement 2018 P
D 13 : Affectation résultats budget assainissement P
D14 : Budget primitif assainissement 2019 P
D15 : Compte de gestion budget annexe stationnement 2018 A°
D16 : Affectation du résultat 2018 ; budget annexe stationnement A°
D17 : BP stationnement 2019 C
D18 : Compte de gestion budget annexe location de locaux pro 2018 C
D19 : Affectation résultat 2018 budget location locaux à usage pro C
D20 : BP location de locaux à usage pro 2019 C
D21 : Ajustement AP/CP A°

D22 : Vote du taux TH 2019 A°

D23 : Vote taux TFPB 2019 P

D24 : Vote taxe TFPNB 2019 P

D25 : Attribution de subventions aux associations et organismes publics 2019 P

D26 : Convention de partenariat Chambre des métiers/ville de Cahors 2019 C
Intervention : Comme les années précédentes, @chd votera contre cette délibération. La Loi Notre donne aux régions la compétence exclusive sur la Formation professionnelle, l’apprentissage et l’alternance. Les communes n’ont donc rien à voir dans ce domaine. De plus, sur quel critère soutenir financièrement uniquement la Chambre des Métiers ?

D27 : Action cœur d’agglo : phase de déploiement ; Pas de vote sur cette délibération
Intervention : p74 actions nouvelles : Plaine du Pal « hébergement à destination des étudiants ». Pouvez-vous nous en dire plus sur ce projet. Est-ce que cela sera l’occasion de raser le bâtiment en friche près des remparts ? Vous parlez de la requalification d’un îlot du centre de Cahors… donc deux projets, un seul … ?
Sur les fiches relais et les extensions possibles : Dans la rubrique « La nature en ville » on trouve le trait d’union, qui est tout sauf naturel. S’agit-il d’une amélioration de l’actuel trait d’union, d’un second trait d’union ?    Le point « Mobilité » est extrêmement intéressant avec le projet multimodal autour de la gare, la sécurisation des parcours cyclables mais en complète contradiction avec le projet de voie dite verte qui ressort un peu plus bas (p 77). Le rétablissement de la voie ferrée permettrait de limiter les bouchons quotidiens sur toutes les entrées de ville désormais, limiterait la pollution automobile, rendrait un centre-ville bcp plus agréable. La chasse aux subventions permet la réalisation de nombreux projets, pas nécessaires pour la population ni la planète. La loi d’orientation sur les mobilités propose un soutien financier aux projets alternatifs au tout-voiture. Pourquoi ne pas creuser cette piste, alors que le principal argument aux opposants à la réouverture de la voie ferrée est précisément son coût (sans d’ailleurs se pencher sur celui de la vois dite verte) … ?
Sr la rubrique « Vivre, grandir et vieillir en centre-ville », pouvez-vous nous apporter des précisions sur le projet d’aménagement d’un espace adolescent dans l’actuel ABC ? (réaction de surprise de M. le Maire semble-t-il) Ne va-t-il pas se mettre en concurrence avec la MJC par exemple ?
Globalement, M. SIMON précise qu’il ne s’agit que de pistes pour l’avenir …

D28 : Dépôt du permis de conduire des bâtiments temporaires pour les travaux de la halle P

D29 : Mise en lumière Cathédrale St Etienne ; plan financement prévisionnel P
D30 : Ponton d’amarrage moulin de Cabazat P

D31 : Marché public travaux de restauration des œuvres musée H Martin P

D32 : Marché public travaux construction cinéma C

D33 : Marché public travaux construction d’aménagements place Bessières C

D34 : Bilan des acquisitions et cessions immo 2018 C
Intervention : Contre en particulier par rapport à la cession à la société cadurcienne d’exploitation cinématographique pour 50 000€/an. D’ailleurs un petit calcul m’amène à constater qu’ouvert 360j/an à raison de 4 séances/j et à 8€ la place, la redevance est payée dès la 4ème place vendue/séance. Le prévisionnel que toutes les études affichent est de 150000 entrées/an, à 8€ cela fait 1 200 000€. Je pense que la société cadurcienne d’exploitation cinématographique n’a pas d’inquiétudes à avoir. Cela m’amène à penser que la redevance aurait pu être légèrement plus élevée et surtout que comparativement, celle du restaurant de l’Archipel, à 8000€ la saison est très chère et explique en partie le turn-over que les cadurciens observent.

D35 à D37: P
D38 : A°  Intervention : « La configuration des locaux pourrait permettre un double usage … dont une MAD au profit de l’association de chasse de Cahors…actuellement accueillie dans des locaux appartenant à la Ville, dans un secteur péri-urbain à dominante résidentielle peu adapté à cette activité ». Ma question est double : Cela signifie-t-il que cette association occupe les locaux actuels gratuitement, ce qui semblerait surprenant ? Quelles activités sont menées dans ces locaux au point de devoir les écarter de toute zone urbaine ou péri-urbaine ? Stand de tir, activités nocturnes … ?

D39 et D40 : A° Intervention : Notre position ne tient bien entendu pas à la personne désignée mais dans la mesure où aucune consultation n’a été organisée, nous n’avons pas pris part au processus de désignation et à ce titre nous abstiendrons sur ce vote.

D41 et D42 : P

BILAN :     12  POUR
            13 ABSTENTION
            10 CONTRE

interventions CM21 mai 2019

Décisions du maire :
2019-120 (page 3) : Avec le recul et pour avoir une idée un peu plus précise de l’impact de cette externalisation, peut-on connaître le coût des précédentes prestations et par exemple celui du compte-rendu de 28 pages de la séance du 18 février 2019 ? RÉPONSE : 300€ environ
D1 : DM1, budget principal 2019 CONTRE
Opposé au vote du budget primitif, @chd votera contre la DM

D2 : Attribution de subventions aux associations et organismes publics 2019 P
D3 : Action cœur de ville P
D4 : Appel à projets site Palais de Via P Intervention : La cadre de l’appel à projets nous semble très flou (projets innovants et opérationnels). On imagine mal un appel à projets ringard et non-opérationnel. Le vote sera donc favorable avec une attention particulière portée aux développements de ce projet.
D5 : Réfection des trottoirs P Intervention : Un regret : réfection sans réflexion sur par exemple des parkings à vélos, qui inciteraient à l’usage de la bicyclette. Utrecht dépense par exemple chaque année 130€ par habitant à des infrastructures utiles au vélo. Les kilomètres de bouchons aux entrées de Cahors, les longues minutes d’attente et la pollution engendrée restent un vrai problème.
D6 : AP/CP Aménagement des rues du Secteur Patrimonial Remarquable P
D7 : Secteur Patrimonial Remarquable programme Voirie P
D8 : Adhésion à l’association des Maires pour la Paix P
Intervention : Nous ne pouvons que nous féliciter de cette adhésion pour la première des causes à défendre. Mais d’une part je m’étonne finalement d’une adhésion si tardive, puisque la branche française existe depuis 1997 et compte déjà 150 membres et d’autre part, j’observe qu’à l’occasion du vote de la délibération n°2, une enveloppe de 250 a été votée, quand par exemple l’opération des 900 ans de la cathédrale reçoit 15000€. Puisque les crédits étaient disponibles cette année et que les 900 ans, ça n’arrive qu’une fois, j’ose espérer que l’association Cahors Mundi bénéficiera d’une subvention de même ampleur en 2020. Un signal fort serait donné.
Pour finir, j’observe que deux évènements ont illustré l’attachement de la commune au mouvement pour la paix, la plantation du Gincko Biloba et la dénomination de la Fontaine de la Paix. Je fais remarquer qu’aurait pu y figurer un troisième : Lorsque le centre universitaire a été restructuré, restait à le baptiser. Une boîte à idées, à la disposition des usagers et des personnels, avait été installée à cette fin. Le nom de Robert SARRAZAC semblait largement plébiscité. Le site s’appelle finalement Maurice Faure et le choix était fait alors même que le recueil n’était pas clos. Et qui était SARRAZAC, le pseudonyme de Robert Soulage, qui participa à l’élaboration de la charte de la Mondialisation, proposée au vote du Conseil municipal de Cahors le 30 juillet 1949. S’en suivit une grande consultation populaire à laquelle participa 70% du corps électoral et qui recueillit près de 60% de votes favorables. Autres méthodes, autres temps.

D9 : Saison culturelle P
D10 : Cotisation ICOM P
D11 à 14 : Cahors Plage A° Intervention : ACHD n’est pas contre le principe de l’opération Cahors-Plage, n’est pas contre par principe. Mais alors que le moindre euro dépensé passe par le prisme de la comptabilité, je suis surpris de ne trouver, sur aucune des 4 délibérations dédiées à Cahors Plage, un début de budget prévisionnel. Le niveau de parrainage n’est pas encore connu, certes, mais la collectivité devrait pouvoir proposer, a minima, un estimatif tant en dépenses qu’en recettes. Simple question de transparence.
Et toujours pour les risques sanitaires liés au traitement du sable par des produits chimiques (pour ce type d’usage, le sable de Cahors- plage nécessiterait un traitement particulier) et tant que la plage ne sera pas végétalisée, ACHD s’abstiendra sur les 4 délibérations concernées.

D15 : Évolution de la prise en charge des frais d’hébergement P

Bilan des votes : 1 CONTRE
          4 ABSTENTION
         10 POUR

Grand-Cahors, j’écoute…

Cahors-Mag n°89

C’est ce que vous répondra l’agent d’accueil si vous téléphonez à la mairie de Cahors ! Vous souhaitez vous connecter au site de la mairie, vous tomberez sur un site commun Ville et Grand Cahors. Idem pour l’office de tourisme, Cahors/Saint Cirq-Lapopie…
Tout mutualiser, ou abandonner au privé (élagage, gestion du stationnement, rédaction des comptes-rendus des séances du Conseil municipal, construction d’un cinéma privé sur fonds 100% publics), voilà la tendance forte qui prévaut à Cahors. Tout ceci semble découler du bon sens, d’une saine gestion des deniers publics. Pourtant, selon Romain Gary : « Il faut se méfier d’un excès de lucidité ou de bon sens : La vie y laisse quelques fois ses plus belles plumes » !
Exemple flagrant : La mutualisation des personnels Cahors/Grand Cahors : La ville stabilise ses effectifs, mais la diminution de l’attribution de compensation, consécutive à la mise en place de services communs, se traduit par une baisse des ressources pour la ville ! (source : page 52 du Rapport de la Chambre Régionale des Comptes du 18/12/2018).
Cahors perd petit-à-petit son identité, ses compétences, son autonomie. Lorsque l’on est à la fois Maire et Président du Grand-Cahors, rien de gênant. Pour les cadurcien-ne-s, cela l’est un peu plus.
Stéphane Castang - @Cahors l’humain d’abord

A la bonne vôtre !

Cahors-Mag n°88

Nouvel épisode d’eau non-potable à Cahors. Les cadurcien-ne-s qui le peuvent doivent encore se déplacer, patienter pour se procurer cette eau potable indispensable à la vie (sans parler du surcoût pour la ville).
 La faute à la météo pluvieuse, à la présence de nombreuses igues ? Pas vraiment. Ce problème récurrent est techniquement identifié, mais les choix d’investissements de la majorité se sont portés sur des sujets jugés par elle bien plus importants et ne permettent pas de le régler : Cinéma privé, démolition du corps de garde abritant le musée de la résistance, auberge de jeunesse vide ou fermée, patinoire au bilan énergétique catastrophique, Cahors-plage et son sable tout sauf écologique ! Le droit fondamental d’accéder à cette ressource en eau potable ne s’appliquerait pas à notre agglomération ?
Une unité de filtration « devrait » voir le jour en 2023, moyennant douze millions d’€. Elle sera réalisée après le transfert des compétences eau et assainissement au Grand-Cahors (loi du 3 août). La majorité peut souffler : Les dépenses non-essentielles continuent, les grands-cadurcien-ne-s paieront !
En revanche, les décisions relatives à la voie « verte » ne traînent pas. Le Grand-Figeac adhère au syndicat mixte, qui a désormais la voie dégagée pour développer ce projet coûteux. Pourtant, la loi d’orientation sur les mobilités soutenait financièrement les projets alternatifs au tout-voiture. La question du financement de la réhabilitation de la voie ferrée Cahors/Figeac/Capdenac n’en était plus une. Quel nouveau gâchis !
Stéphane Castang - @Cahors l’humain d’abord

Bienvenue CHAI vous !

Cahors-Mag n°87

Le Centre d’Hébergement et d’Accueil à l’International a été lancé à grands coups de com’ de la Ville il y a un an et demi. Les subventions publiques sont de 2 millions d’euros, dont 260 000 pour Cahors. La plaquette de présentation affiche un « un esprit d’ouverture ». Ce qu’elle n’évoque pas, c’est la période de fermeture, sur novembre et décembre. En effet, 1/6ème de l’année, la structure est vide ! Très surprenant pour un projet décrit comme « levier pour le rayonnement du territoire » ! La dimension internationale était là simplement pour le jeu de mot ? Sachant qu’un touriste sur trois est étranger, quel gâchis ! Peut-être ses tarifs attractifs font-ils de l’ombre à l’immeuble d’en face …
Si sa fréquentation touristique diminue en automne, il doit se transformer en hébergement d’urgence. Les besoins en la matière sont bien réels, sous nos yeux au quotidien. 
Argent public toujours : Le projet de loi d’orientation sur les mobilités (LOM) a été présenté en Conseil des ministres le 26 novembre. Objectif : soutenir les projets proposant des alternatives au tout-voiture. L’État investira 13,4 milliards d’€ entre 2018 et 2022, dont la moitié sera dévolue à la remise en état du réseau ferroviaire et au développement du train de proximité. L’opportunité est trop belle pour passer à côté : Réhabilitons enfin la voie Cahors/Figeac/Capdenac ! Les crédits sont là. Une AOM (Autorité Organisatrice de la Mobilité), ouverte à toutes les collectivités territoriales, sera mise en place. Cahors doit y prendre une part active pour tenter d’apporter des réponses au coût des transports individuels (carburant, environnement …). Passons de la voie verte à la voie jaune !
    Et bonne année 2019 à tou-te-s !
Stéphane Castang - @Cahors l’humain d’abord

Communiqué Turbidité 05.02.19

05/02/2019 Communiqué @CHD

Dans la longue file des cadurciens qui viennent s'approvisionner en eau potable il y a ceux qui s'inquiètent, ceux qui rouspètent , ceux qui trouvent que finalement cette foule d'assoiffés donne occasion à discuter , ceux qui subissent et ceux qui se résignent : « il y en a qui n'ont pas d'eau du tout »... A l'autre bout de la file il y a les agents municipaux qui s'activent, tentent de détendre l'atmosphère, soulèvent des tonnes de bouteilles d'eau avec le sourire. Et entre les deux, il y a l'Etat qui se borne à constater et les élus cadurciens qui se contentent de garder dans les cartons depuis de nombreuses années le projet de système de filtration indispensable pour inverser la situation.

Est-ce-que cette situation-là est nouvelle ? Malheureusement non, et cette récurrence inquiète dans la mesure où chaque fois qu'il y des pluies soutenues le phénomène ressurgit. Cela pourrait être la preuve d'une pollution chronique du réseau des Chartreux car, d'épisodes pluvieux en épisodes pluvieux, l'état des eaux provenant de la résurgence de la Chartreuse ne cesse de se dégrader.
Pendant que les cadurciens boivent de la pisse d'âne, les choix d'investissements de la municipalité, se sont jusqu'ici portés sur des projets dits « structurants » pour le territoire : un cinéma multiplex ou encore une voie verte sur voie ferrée.. plutôt que sur une station de traitement permettant de retenir les particules rendant impropre notre eau à la consommation. Il s'agit pourtant là de mesure de santé publique prioritaire.

À Cahors, cette inconséquence, ce refus de prioriser ces travaux a pour résultat d'obliger la municipalité à fournir à la population cadurcienne des milliers de bouteilles d'eau. Deux conséquences majeures à cela au-delà de la question de l'accès à l'eau potable qui est un droit fondamental : celle du coût de l'opération pour les cadurciens via le budget communal et celle de la production de déchets plastique supplémentaires.
Bien entendu , la municipalité va se retrancher une nouvelle fois sur la perspective de la construction d’une station de traitement permettant de retenir les particules responsables de cette turbidité. Mais cette situation va perdurer le temps des études techniques définitives de la station et sa construction.
En attendant , le Cahors d'aujourd'hui nous offre une belle régression dans le temps jusqu'au XIX ème siécle, époque où nait le réseau de distribution d'eau potable de notre ville. Faut-il y voir un sinistre présage ? Le XIXème siècle c'est aussi l'arrivée du chemin de fer et la construction de la Gare de Cahors à présent déclassée et dont le hall est désormais fermé aux voyageurs du soir …

@CHD
 

Communiqué GF : voie verte / ligne jaune 01/02/19

COMMUNIQUE @CHD
01/02/19
Voie verte et ligne jaune !

Ce 31 janvier 2019 les élu-e-s du Grand-Figeac se seront donc offert du rêve avec l'argent des contribuables Lotois. Au lieu de privilégier la santé, les écoles, le transport, l'écologie .. ils ont opté , par leur adhésion au syndicat mixte voies vertes du Conseil Départemental, pour le fléchage de l'argent public vers l'intérêt privé, grâce à un financement conséquent pris dans les poches des Lotois à l'heure où bon nombre d'entre eux sont dans le besoin. 
Bien entendu l'activité touristique génère de l'économie qui profite au territoire mais une voie verte par les magnifiques chemins ruraux, de halage, de Compostelle .. aurait été bien plus rapidement amortie que les travaux qui vont devoir être entrepris pour la faire passer par la voie ferrée Cahors/Capdenac/Figeac.
Le bon sens, que malgré tout certains élu-e-s ( trop peu nombreux) ont mis en avant , commandait de refuser à sacrifier une ligne ferroviaire pour en faire une piste cyclable  à l'heure où la ruralité a plus que jamais besoin de mobilité.
Alors que le climat, la transition énergétique, les enjeux socios et économiques, tout doit pousser les élus à innover et à se montrer ambitieux pour les territoires, adhérer à ce projet est tristement passéiste.. Les élu-e-s ont voté sans connaître le montant des hypothétiques subventions, ni le  coût du projet ! Autrement dit en toute irresponsabilité. Tout cela est proprement scandaleux.
Le syndicat mixte a désormais la voie libre pour développer son projet inutile et coûteux ... mais sur le papier seulement car il lui faudra compter sur la poursuite de la mobilisation citoyenne ! 

@CHD

Appel à rassemblement Grand-Figeac le 31/01/19

APPEL à rassemblement :
NON à une voie verte sur la voie ferrée CCF
31 janvier 2019 17h salle des Fêtes de Lacapelle-Marival

Le 31 janvier 2019 se tiendra une Assemblée plénière du Grand-Figeac. A l'ordre du jour, entre autres points, sera soumise au vote l'adhésion au syndicat mixte pour l'aménagement et l'entretien des voies vertes initié par le Conseil départemental du Lot et concernant les 3 projets de voie verte : vallée de la Dordogne et vallée du Lot Amont et Aval. Pour ce qui est du tronçon Cahors/Figeac le projet se résume à la création d'une voie verte sur voie ferrée pour environ 30M€ - et donc au déferrement de la ligne Cahors/Capdenac- selon toujours le même argument mensonger : celui de sauvegarder l'emprise.                                                   
De façon habile, lors de cette séance, les Conseillers communautaires du Grand-Figeac n'auront pas à voter sur les tracés mais sur leur adhésion au syndicat : aucun débat ne devrait donc avoir lieu sur le bien-fondé de détruire ou pas la ligne ferroviaire pour en faire une piste cyclable. Cette façon de procéder offre aux élu-es l'occasion rêvée de contourner leurs responsabilités.

Tout cela est proprement scandaleux.                                                                                   

Ce projet démantèlera notre patrimoine collectif au détriment de l'intérêt général à l'heure où la ruralité a plus que jamais besoin de mobilité, et ceci, grâce à un financement public conséquent pris dans les poches des Lotois à l'heure où un bon nombre d'entre eux sont dans le besoin.  
Alors que le climat, la transition énergétique, les enjeux socios et économiques, tout doit pousser les élus à innover et à se montrer ambitieux pour notre territoire, adhérer à ce projet serait tristement passéiste..

C'est pourquoi nous proposons pour commencer l'année , de nous rassembler à la salle des fêtes de Lacapelle-Marival le 31 janvier 2019  à l'occasion de la plénière du Grand-Figeac pour ré-affirmer notre opposition à ce projet néfaste, coûteux et inutile.


Association citoyenne l'Humain d'abord.

Retail-Park 29/12/2018

COMMUNIQUE @CHD
Retail Park
29/12/2018

Cette fin d'année 2018 sera donc porteuse d'au moins une bonne nouvelle pour le commerce de Centre-ville et pour l'environnement : le "retoquag"e par la commission nationale du projet de RetailPark voulu par Mrs Vayssouze et Marre. Paris a semble-t-il plus de recul que la commission départementale peut-être trop exposée aux pressions locales.

Les mêmes élus qui désespèrent de voir les territoires mourir ou en grand danger avaient signé avec enthousiasme ce projet destructeur, voulant faire croire que centres commerciaux et commerces de proximité avaient des intérêts non pas opposés mais complémentaires. Que nenni ! La commission nationale ne s'y est pas trompée : outre le fait de fragiliser encore d'avantage le centre-ville, ce projet-vampire posait également de manière critique la question de la bétonisation des terres et ses conséquences directes sur le climat. (État et Association environnementale -GADEL- avaient d'ailleurs rendu un avis défavorable sur ce dossier).
@CHD avait également dénoncé avec force ce projet à l'heure où la puissance publique devrait au contraire encourager les circuits courts et la transition écologique. Merci donc à la commission nationale de remettre Cahors et le Grand-Cahors dans le bon sens de l'histoire : comprendre que le porte monnaie des gens ne grossit pas en même temps que l'offre s'élargit, que la proximité fait vivre le tissu local et que nous n'avons qu'une seule planète !

@CHD

D15: eau

D15 : Pas de vote INTERVENTION : 1% d’abonnés en plus entre 2016 et 2017 et -8% d’eau prélevée, ce qui est très positif. Ce phénomène est probablement dû à l’augmentation constante du prix de l’eau, qui était de 1,58€ en 2099 à 1,83€ en 2016 (source : site de l’observatoire national des services d’eau et d’assainissement) pour passer à 1,844€ en 2018 (+14%).
Comparatif Eau+assainissement : Auch (4,16€) et Agen (4,68€) sont en dessous (Cahors 5,41€)