EPF Oc/Plaine du Pal et Secteur ancien

Délib 8 : Contre
Cette délibération nous interpelle sur plusieurs points :

1) Le contenu du projet urbain de réaménagement du quartier de la Plaine du Pal est flou, contrairement à son périmètre, lui, très précis, puisqu’il englobe de plusieurs demeures, chargées d’histoire pour certaines (je pense aux maisons ouvrières avenue André Breton) et même le Leclerc dit Culture. Comment voter de manière éclairée sur une intention ? A nos yeux, cela n’aurait grand sens.

2) Un point plus technique a attiré notre attention, relatif au devenir des biens à la fin de la convention : Si j’ai bien compris, l’EPF est propriétaire des biens acquis mais la commune en assure la gestion dans un 1er temps. Mais L’article 5.4 (page 37 du dossier, page 10/18 du projet de convention) « Cession des biens acquis » envisage la possibilité de cession à un opérateur autre que la commune ou le Grand Cahors. Un peu plus bas apparaissent les notions d’« aménageur, bailleur social… » Nous regrettons l’absence de bornage. L’Art 5.5 lui, évoque la « cession à une entité ou un opérateur autre que ceux précités ». Ce manque de précision revient à donner les clés du camion à un opérateur dont la forme juridique même nous est inconnue, dont l’objet de l’activité principale nous est inconnue, bref à monter une opération dont on n’a pas la moindre idée de son devenir. D’autant plus que comme pour le point 4 de l’ODJ, l’évolution de ce dossier sera supportée par la prochaine équipe municipale. 
Stephane Castang @chd

Remplacement I.Eymes commissions

D20 : Avant le vote, je vous remercie de noter que vu le volume de travail entrepris dans le cadre de cette mission, proche du néant, ACHD ne souhaite plus cautionner cette activité. Isabelle Eymes a fait part, à plusieurs reprises, de ses questionnements, au staff administratif de la ville de Cahors, sans réponse satisfaisante ou perspectives d’évolutions de ce rôle. Par conséquent, je ne serai pas candidat en tant que « Référent environnement » titulaire de la commune auprès du SYDED. Certaines personnes dans l’assemblée seront très probablement intéressées pour reprendre le flambeau… 

Réponse : Pas de candidature « spontanée », malgré l’appartenance de certains conseillers à EELV…Cette partie du vote est remis à la prochaine séance.

Stéphane Castang @chd

Dragage de la rivière Lot

D16 CONTRE
Sécuriser la navigation sur le Lot, quand on mesure l’attractivité d’une telle activité pour le département et la ville de Cahors, on ne peut que s’en féliciter. M. Simon, comme vous le dites, 3 M d’€ de CA annuel et 40 emplois pèsent bien entendu dans la balance. Néanmoins, une étude de l’Agence de l’eau Adour-Garonne, établissement public du ministère du développement durable, met en évidence les risques d’extraction de cadmium, contamination dans les années 80 probablement due à l’activité de l’Union minière de Viviez dans l’Aveyron, cadmium substance dangereuse et toxique pour les écosystèmes et pour l’Homme, dernier maillon de la chaîne trophique. L’Agence estime que les techniques de maintien sur place par confinement, traitement biologique par micro-organismes,  valorisation (type épandages, BTP, remblais) ou mise en dépôt aquatique (fosses dans le lit du cours d’eau) s’avèrent inadaptés aux matériaux sédimentaires du Lot. La solution la moins pire serait un dépôt en terre, non confiné, à condition d’avoir décontaminé l’ensemble. Au final, la destination la plus adaptée serait l’acheminement vers un centre d’enfouissement technique de classe 1 ou 2 (déchets dangereux). L’opération d’extraction, hydraulique ou mécanique, n’est pas bien coûteuse, en comparaison du coût relatif au traitement de déchets toxiques.
Autre pollution datant de la même époque : Celle par les radio-nucléides. La catastrophe de TCHERNOBYL a déposé des déchets radioactifs sur tout notre territoire.

Ma question est la suivante : Le volet protection de l’environnement et prévention des risques liés à l’extraction du cadmium, a-t-il fait l’objet d’une attention particulière ? Si oui, pouvez-vous nous indiquer les mesures qui seront prises lors des opérations de dragage du Lot, attendues par nos concitoyens ?
Stephane Castang @chd

Demande d’autorisation de création d’un complexe cinématographique auprès de la CDAC

 Délibération 17 et 18 : Contre
ACHD étant opposé à ce projet, nous serons logiques en ne votant pas pour autoriser le Maire ou son représentant à déposer la demande d’autorisation de création du futur complexe cinématographique de Cahors auprès de la CDAC. J’observe, histoire de garder espoir, qu’à deux reprises (en janvier et juin 2013), et la CNAC, avec confirmation en octobre 2016, n’ont pas jugé opportun d’autoriser l’installation d’un multiplexe, considérant que l’offre cinématographique en sud-gironde était suffisante.

Appel à projet Mont St Cir

D9 : Abstention
Sur la délibération 8 de la séance du 30 mai 2017, ACHD s’était abstenue, considérant que les contours étaient bien trop flous pour formuler un avis éclairé.
Celle-ci n’est guère plus précise. Le projet de convention est remis sur table. L’analyser maintenant, de manière collective, n’est pas possible, à moins de demander une suspension de séance, ce que nous ne ferons pas. Par conséquent, nous nous abstiendrons sur ce point, malgré le caractère semble-t-il très intéressant du projet.

Antennes BOUYGTEL

Délibération16 : Contre
Cette délibération nous semblait a priori fort sympathique, semblant porter uniquement sur la durée de la convention existante. Pourtant, le point 3. De l’article 1 (p96/97) stipule que « le contractant autorise Infracos à concéder, notamment à ses actionnaires, un droit d’occupation sur son domaine pour leur permettre d’exploiter des équipements radioélectriques ». Ce détail semble montrer que la puissance publique perd totalement la main sur ce qui est ou sera réellement installé. Parce qu’il s’agit d’une question sensible aux yeux d’un nombre grandissant de citoyens, nous voterons contre cette délibération.

Patinoire

D10 : Contre
Nous sommes bien conscients de la nécessité d’animer le centre-ville, en cette période si particulière que représentent les fêtes de fin d’année. Mais pas à n’importe quel prix ! Au coût financier s’ajoute le coût énergétique. Ma crainte est que la mairie soit susceptible de recevoir la visite de la fourgonnette jaune de la Poste. Je m’explique : Un article de l’édition d’aujourd’hui d’un grand quotidien régional explique qu’au sein du PETR (pôle d’équilibre territorial rural) du Grand Quercy, une étude va être menée en partenariat avec la Poste et l’association Quercy Energies, « afin de développer - je cite - des solutions très concrètes de diminution de la consommation d’énergie. Une fois les bonnes pratiques exposées, il est procédé à la remise d’un kit d’économie. Cette opération, gratuite, neutre et indépendante est menée avec l’assentiment des élus de tout bord » (fin de citation). Plus sérieusement, un prévisionnel de 28 000€, même si la réalité de la dépense représente la moitié de cette somme, cela ne nous paraît tout simplement pas raisonnable.
A titre de comparaison, Figeac a installé l’an dernier une patinoire synthétique qui a reçu l’an dernier plus de 2500 visiteurs.

réhabilitation sanitaires publics

délibération 8 : abstention
On ne peut que se réjouir, sur le principe, de la réhabilitation de ces sanitaires, avec une ouverture 24h/24 7j/7. Cependant, deux points nous chagrinent.
Le premier, c’est le coût. Nous pensons qu’à ce prix-là, en auto-construction, hors acquisition de la parcelle, on peut se monter non-seulement des WC, mais également le reste de la maison. La Ville de Cahors, qui a raison de s’engager depuis plusieurs années dans une démarche environnementale, aurait pu étudier la possibilité d’installer des toilettes sèches. C’est ce qui se produit régulièrement lors de grands concerts, en présence de milliers d’usagers.
Le second point auquel nous nous opposons, c’est le caractère payant de l’utilisation de cet espace. D’une part, cette décision sera inefficace. A la première occasion, certains individus ne mettront pas 50 centimes pour aller uriner. A des horaires propices, il sera plus commode de faire quelques mètres pour se soulager, non pas de sa monnaie... La volonté initiale est de faire de ce lieu un espace propre et accueillant. C’est probablement le contraire qui va se produire.
D’autre part, même si la gratuité n’est pas un principe de droit public, elle traduit la dimension solidariste du service public. Alors bien entendu, s’il l’est pour l’usager, il ne l’est pas pour la collectivité des contribuables qui le finance par l’impôt. Le caractère payant résulte donc bien d’un choix politique : Faire payer l’usager ou le contribuable ? Que répondre à l’usager qui est également contribuable, qu’il paye deux fois ?
Je citerai simplement pour finir le cas de la ville de Biscarosse-plage, qui dispose du même équipement et qui est gratuit.

Quand vient la fin de l'été

Quand vient la fin de l’été ...

    Déjà la rentrée et son traditionnel lot de bonnes, ou de mauvaises surprises. Petit bilan, non exhaustif : Annulation de 331 millions d’€ pour l’enseignement supérieur et la recherche, annonce par le ministre de l’action et des comptes publics de non pas 10 mais 13 milliards d’économies sur le dos des collectivités locales, décision qui va amplifier les difficultés de gestion des communes, officialisation de l’inégalité de traitement des élèves et des enseignants (« liberté » de choix des rythmes scolaires). Pour les plus démunis, diminution des APL. Rétablissement du jour de carence, y compris pour les fonctionnaires de catégorie C, dont le traitement mensuel avoisine le SMIC. L’augmentation de 1,7 points de la CSG va faire mal notamment aux retraités dont le pension mensuelle est supérieure à 1200€ (60 % des cas). Sans parler de la réforme du code du travail...Bref, Personne n’est oublié !
    Du côté d’ACHD, la concrétisation d’un engagement de campagne pris devant les cadurcien-ne-s : la rotation du siège au Conseil Municipal. A mi-mandat : pari tenu.
    La tête change, pas la méthode, basée sur l’implication permanente du Collectif. Je vous invite d’ailleurs à assister nombreux aux séances du Conseil Municipal qui, pour mémoire, sont publiques !     L’opposition constructive que nous incarnons avec constance depuis le début de la mandature y est bien présente.
Parmi ces nouvelles, je vous laisse trier les bonnes des mauvaises...
Stéphane Castang

Randonnée cycliste 2pieds2roues du 5 juillet 2017

Communiqué @chd
Randonnée cycliste 2pieds2roues du 5 juillet 2017
Expression libre sur l'évènement tel que relaté dans un média local


Encore une fois, les élus Cadurciens n'auront pas manqué de faire la promotion de leur projet néfaste de Voie Verte en lieu et place de la Voie Ferrée Cahors/Capdenac. Profitant de la médiatisation du passage d'un groupe de cyclistes de l'Association 2pieds2roues, rejeton de l'AF3V régionale, ils ont ainsi, comme à leur habitude, voulu faire pression en faveur de leur projet très contesté et pour lequel ils n'ont toujours pas apporté le moindre argument tangible.
Il faut que les Lotois sachent que cette Association Toulousaine promeut le transport ferroviaire du quotidien sur son propre territoire en complément du vélo. Que vient-elle donc réclamer le démantèlement de la ligne Cahors/Capdenac sur le notre ! Le vrai développement économique et durable passe par un aménagement du territoire utile au plus grand nombre. Faut-il rappeler qu'un groupe de vélo-touristes voyage en quasi-autonomie sans grandes retombées économiques pour les territoires traversés? Cette connivence entre Associations, élus et entrepreneurs locaux au détriment de l’intérêt général est insupportable.
N'en déplaise à tous ceux-là, il y a effectivement des résistances citoyennes et leur action a permis le moratoire de la ligne dans le soucis de l’Intérêt des générations futures et dans l'attente d'une concertation.
Ce sont aux Lotois de choisir leur avenir : la mobilité pour tous ou le confort temporaire de certains privilégiés.

Isabelle Eymes @chd
06/07/2017